Dans les transports

[ A+ ] /[ A- ]

Par Marie

Il s’agit aujourd’hui d’une affaire de civilités dans les transports en commun. J’ai appris tout récemment l’ordre des priorités (je cite le site de Lignes d’Azur (1), le système de transport des Alpes Maritimes) :

« A qui les places assises du bus et du tramway sont-elles destinées en priorité ?

Dans l’ordre, aux mutilés de guerre, aux aveugles civils, aux invalides du travail, aux infirmes civils, aux femmes enceintes, aux personnes accompagnées d’enfants de moins de 4 ans et aux personnes âgées.

Les places doivent toujours être laissées à ces passagers. »

Vous avez peut-être repéré dans le tram ces belles illustrations des choses à faire pour bien vivre ensemble le temps du trajet : on ne prend pas deux sièges quand on fait moins de 250 kilos, on laisse sa place, etc.

P1020751

Ainsi, ce monsieur-là, s’il est seulement vieux, qu’il arrête de faire semblant de dormir, il doit sa place à la femme enceinte. [On me dit dans l’oreille que je suis un peu rude ici. Ce n’était qu’une boutade pour illustrer mon propos, bien sûr qu’on doit le respect à nos aînés et que ce monsieur est très bien assis.]

Et la femme rousse, sais-tu pourquoi elle se lève ? Parce qu’elle aussi, elle est enceinte. Elle, elle sait (mais elle ne se sent pas assez légitime (pas facile quand ça ne se voit pas encore, alors que c’est un moment où l’on peut être très fatiguée) pour faire lever le vieux monsieur) (2).

Donc, si l’intention de ces visuels est tout à fait louable, il en est un qui est complètement à côté de la plaque :

P1020753

Je résume : s’il y a beaucoup de monde, il faut plier sa poussette. Par chance, cette poussette-ci, malgré son équipement (capote et chancelière), se plie volontiers. Par magie, le marmot reste bien sagement debout à côté de sa mère. Et le tout, avec le sourire s’il vous plait ! (3)

Ceci est l’oeuvre de quelqu’un qui n’a pas d’enfant, voire qui n’en a jamais vu, pas plus qu’il ne sait ce qu’est une poussette.

Certes, il est moins encombrant d’utiliser un porte-bébé et de porter son enfant, mais ce n’est pas toujours possible (mal de dos, courses à faire, pas envie…) et surtout, ce genre de choix ne regarde personne.

Soyez sympas, les gens : emmener un enfant dans les transports en commun, ce n’est souvent pas une partie de plaisir, ça n’est pas la peine d’en rajouter avec des injonctions crétines sous couvert de respect…


La musique du bas de la page (4) :

(1) Ici, dans la FAQ de leur site : http://www.lignesdazur.com/presentation/?rub_code=57&thm_id=117&gpl_id=

(2) Mais du coup elles papotent et s’échangent leurs numéros de téléphone.

(3) Oui, parce qu’en plus, les paquets ont disparu ! (Elle a du se les faire voler pendant qu’elle réalisait la manœuvre)

(4) Je m’essaye aux variations sur les notes. Mais du coup, cet article a été rédigé avec l’aide de Thomas Fersen, à qui j’ai emprunté le titre d’une chanson : https://www.youtube.com/watch?v=4qUP02IZ190

{ Un commentaire ? }

  1. vicky

    Bonjour Marie!
    Qu’est-ce que ça me fait plaisir ton article (enfin, un plaisir tout relatif). J’ai eu le malheur de tenter un déplacement en bus avec mes enfants il y a quelques jours à Cagnes. Quelle n’a pas été ma surprise lorsque le conducteur du bus m’a demandé de plier la poussette. Mais il y a un bébé dedans, lui dis-je, tout en faisant monter ma fille d’abord. Je sais, me répond-il mais vous la pliez. Je commence à stresser un petit peu parce que je prends le bébé dans les bras et il n’y a personne pour m’aider aux alentours. Il se trouve que ma poussette siège face à moi ne se plie pas, il faut la défaire, ce que j’ai fini par faire avec une seule main, le bébé dans l’autre. Une fois à l’intérieur un papa touriste vient à mon secours et me demande si c’est normal ça. Je lui réponds que je n’en sais rien, que je viens d’arriver dans la région et que j’en suis très étonnée moi-même. « Idiots » me répond-il. Je vais voir le conducteur pour lui demander si je peux remonter ma poussette à l’arrière pour ne pas me la galérer aussi à la descente. Sur quoi il me répond que non et que c’est marqué, madame. Et il avait raison ce crétin, c’était marqué: non pas quand il y a trop de monde, toujours. Le bus était quasi vide (c’était le 400). J’ai trouvé ça scandaleux et tellement discriminant! Et si j’avais des jumeaux?
    Au retour le bus était blindé, j’avais une poussette pliée, un bébé dans les bras et un enfant de 3 ans et j’ai dû demander qu’on me cède une place. ça n’est venu à l’esprit de personne que cela pouvait être dangereux pour nous. Ce qui m’emmène entre autre à la remarque que non, on ne doit pas le respect aux plus âgés plus qu’aux autres. Chacun mérite le respect qu’il est en mesure d’inspirer. Et contrairement à ce que l’on entend depuis toujours, je trouve que ce sont les vieux qui ne respectent plus du tout les jeunes et pas le contraire. Dans la mesure où on peut généraliser l’un ou l’autre énoncé, bien sûr!

  2. Charlotte

    Salut Marie (et Vicky), c’était toi la femme enceinte ? Hé hé…
    J’ai eu le coup de Vicky sur un bus de nuit Cannes Nice (on avait loupé le dernier train à cause d’une copine). Paul dormait bien tranquillement et j’ai dû le réveiller…heureusement, il a été cool pendant tout le trajet (plus d’une heure, eh oui, il s’arrête partout…) mais sur le moment j’étais désemparée…

  3. castellanos

    Oui effectivement cette nouvelle règle est débile et je pense que lorsqu’on nous impose des règles de cet ordre il faut tout simplement les refuser. Si le conducteur ne sait pas faire preuve de bon sens tant pis pour lui!!! Entre parenthèse l’histoire du pliage de poussette me fais penser au sketch de florence FORESTI! 🙂

  4. vicky

    Oui, c’est honteux! Le problème c’est qu’il s’agit des lignes interurbaines qui dépendent du conseil général. Je viens de les appeler et en gros ils m’ont dit que la poussette peut bouger et être dangereuse pour les usagers (que dans ces bus…) et que les conducteurs ne veulent pas être mis en cause en cas de pépin. Sauf que quand on est accompagnée d’un enfant en bas âge ou quand on a une poussette on est considéré comme personne à mobilité réduite. Tu me vois venir… c’est complètement illégal de refuser l’accès aux services publics à une PMR. Donc, pour ma part, ce sera la HALDE. ça prendra le temps que ça prendra mais ça paiera peut-être! Quant aux bus de Cagnes, c’est une autre paire de manches: j’ai pris le bus ce matin et c’est marqué « les poussettes doivent généralement être pliées, elles sont acceptées sous conditions ». Je suis passée à une agence Lignes d’Azur pour savoir quelles sont ces conditions et la réponse de la dame était: la condition c’est qu’elle soit pliée, parce qu’il ne faut surtout pas incommoder les touristes. On m’avait prévenue des « valeurs » de la côte d’azur! J’ai tout de même appelé le service que tu m’as indiqué et on m’a affirmé que j’ai le droit de monter avec ma poussette à condition de la poser à l’emplacement prévu. Et si le conducteur n’est pas d’accord, je reste dans mon bon droit. Je me vois pas faire la guerre avec chaque conducteur, ni dépendre de sa capacité de jugement, son humeur et autres subjectivités… alors ce sera la HALDE. Affaire à suivre 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.