Le Front Commun

[ A+ ] /[ A- ]

Par Vicky

P1000308

J’ai décidé d’écrire sur ce sujet « mineur » parce qu’il prête encore beaucoup à confusion, même lorsqu’on est dans l’éducation bienveillante (ou positive) ! On entend toujours, que ce soit par la bouche des professionnels ou par celle de qui veut bien donner son avis, que les parents doivent faire Front Commun face à l’enfant. Ce qui implique que le parent A doit taire ses particularités, ses points de vue, ses ressentis au profit de la présumée autorité du parent B.

Imaginez que votre compagne/on dit à votre enfant « tu ne te lèveras pas de table tant que tu n’as pas fini ton assiette« . Et vous, parce que vous savez qu’il y a une demi-heure il a mangé un paquet de chips, et parce que vous êtes venus voir Carlos González en conférence (1) et parce que tout simplement vous tenez à respecter les besoins de votre enfant, vous avez quand même envie d’intervenir en faveur de l’enfant. Halte ! Selon le sacro-saint principe du Front Commun il ne faut surtout pas prendre la défense de l’enfant ! Parce que si vous, vous n’êtes pas d’accord avec l’autre parent, l’enfant soit il trouve une faille et s’y engouffre (et fait donc ce qu’il veut) soit il se sent terriblement en insécurité car les deux piliers de la famille ne sont pas bien parallèles. Vraiment ?

Je ne crois pas. Je crois que chaque parent est un être humain à part entière en non pas la moitié de l’entité parentale. Je ne crois même pas à l’entité parentale, dans ce cas cela servirait à quoi d’avoir deux parents ? Chaque parent est une personne, avec ses avis, ses convictions, ses valeurs, ses sensibilités, son passé, ses ressentis, ses besoins propres et c’est même très important pour l’enfant de pouvoir apercevoir tout ça, pour qu’il puisse à son tour construire sa propre identité. Il saura ainsi qu’il a le droit d’être unique.

J’ai décidé d’écrire sur ce sujet mineur, parce que je me souviens toujours à quel point je trouvais ça injuste et même ridicule, de voir un de mes parents se rallier à l’autre, parce que le mot d’ordre était Front Commun ! Je lui en voulais terriblement quand je voyais qu’il était d’accord avec moi mais qu’il ne fallait surtout pas le dire… Mais en fait, si nous ne défendons pas nos enfants, qui va le faire ? Oui, les défendre quand ils ont besoin de cet appui, peu importe qui ils ont en face. Cela peut être l’autre parent, le professeur, la grand-mère, la sœur… Lorsqu’on s’oppose à l’autre parent pour prendre position pour l’enfant on lui permet plusieurs apprentissages: on lui montre que le désaccord n’est pas un problème, que l’on peut être souple et que rien n’est gravé dans le marbre. Que l’on peut se tromper en tant que parent ou alors que notre avis n’est qu’un avis, pas une vérité universelle. Que notre âge n’est pas un facteur de supériorité et qu’on peut reconnaître qu’il puisse avoir raison. Sans parler bien sûr du fait que ça réchauffe le cœur de l’enfant lorsqu’il se sent mal avec ce qui est en train de se passer et qu’il se sent un tant soit peu soutenu ! C’est même très sécurisant… Etre ouvert à l’opposition de l’autre parent prouve aussi à l’enfant qu’on n’abuse pas de notre pouvoir sur lui, que quand on fait fausse route on est prêt à l’entendre. Je ne sais pas vous, mais moi je prends ! Une éducation bienveillante va dans le sens de l’ouverture, de la tolérance des avis divergents et des différences, des rapports humains égalitaires sans distinction d’âge, de l’humilité aussi… ça me parait assez cohérent !

Je ne vous propose pas, bien entendu, d’entamer une franche engueulade, qui plus est devant les enfants ! Evidemment dans ce cas le bilan est plutôt négatif : on montre à l’enfant que désaccord égale dispute, il culpabilise parce que ses parents se disputent « à cause » de lui, angoisse… Nan, c’est pas ça ! Ce qu’on peut faire c’est exprimer notre avis ou ressenti sans juger le point de vue de l’autre parent, ou encore apporter de l’information : « ce n’est pas étonnant qu’il n’ait plus faim, son petit estomac est déjà plein, il vient de manger un paquet de chips« . Lorsqu’on voit que l’autre parent est dépassé et vire vers la VEO (2) on peut proposer de prendre le relais tout de suite. Cela passe beaucoup mieux que de longues tirades d’indignation sur la façon de l’autre de parler à votre enfant! Car, généralement, il n’en est pas fier mais, dépassé par ses émotions, il n’arrive pas à gérer mieux que ça. Alors là, tout le monde vous sera reconnaissant: l’enfant parce que le calme revient et il n’est plus accablé/stressé/apeuré, l’autre parent parce que vous lui avez offert une porte de sortie, avec empathie. Vous lui avez proposé de prendre le relais parce que vous avez senti que c’était difficile pour lui, pas parce que vous ne supportiez pas sa façon de faire. Ce petit détail peut faire une énorme différence, et si vous êtes sceptique vous n’avez qu’à essayer !

Je pense que le Front Commun est un concept qui mériterait maintenant d’être dépassé. Il a eu son heure de gloire lorsqu’on essayait de sortir de l’autoritarisme éducatif pour établir une autorité juste (ça me fait mal au cœur d’écrire une telle antinomie, mais passons) et cette autorité était tellement fragile -parce qu’elle ne voulait plus s’appuyer sur la force mais elle a vite compris qu’elle ne pouvait pas s’appuyer sur grand chose d’autre- qu’elle devait absolument être soutenue par un consensus parental, voire sociétal, éducatif, qui opposait les mineurs aux majeurs. Les majeurs (parents, enseignants, voisins) avaient raison. Les mineurs avaient tort. En cas de confrontation le majeur l’emportait. Evidemment si les majeurs commençaient à se remettre en question entre eux, la révolution des mineurs n’était pas loin… Alors le Front Commun avait naturellement du sens. Mais plus maintenant, pas dans l’éducation bienveillante. Parce que n’oubliez pas que qui parle de Front parle de Guerre. Ne tirez pas sur vos enfants 😉


1. Voir .

2. Violence Éducative Ordinaire (voir ici)

{ Un commentaire ? }

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pingback & Trackback

  1. Grossesse et bébé | Pearltrees - Pingback on 2017/01/19/ 16:00
Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.