Justifier cris et punitions

[ A+ ] /[ A- ]

Par Lise

giifuhxuhpa-iswanto-arif_m

Tous les avis sont dans la nature !

« On lit aussi dans des revues, livres, magasines très sérieux, (écrits par des psychologues et neuropédiatres, avec études scientifiques à l’appui !…), des choses qui vont à l’encontre de ce qu’avancent les idées d’éducation non-violente » m’a-t-on dit récemment. Et c’est vrai, tellement vrai que je m’en suis allée lire ce que j’ai pu trouver, parce qu’après tout, pour se forger une opinion, il est important d’avoir écouté plusieurs points de vue. Ainsi me suis-je rendue à la bibliothèque, au rayon Psychologie de l’Enfant, et ai-je emprunté, à tout hasard Eduquer ses Enfants, l’urgence d’aujourd’hui d’Aldo Naouri, et Comment Embobiner ses Enfants de Borgenicht et Grace, que j’ai complétés par la lecture d’un article pris au hasard sur le net en tapant « punir enfant »

Vous allez me dire que je partais prévenue et pas tout à fait impartiale. C’est vrai, mais je vous promets quand même que j’ai fait de mon mieux pour entendre d’autres idées et d’autres arguments. La preuve tout de même : 333 pages de Naouri, 150 d’Embobiner et 4 de Psychologies magazine !

Les premières idées qui ressortent comme base à ces trois lectures sont :

  • L’enfant provoque ses parents, il n’est pas encore tout à fait une personne, il faut l’éduquer pour qu’il le devienne, mais peu importe ce qu’il pense et ressent, qui n’est pas fondé sur la raison, donc n’a pas de valeur.
  • Si vous n’êtes pas stricts avec vos enfants, ils vont devenir des « enfants-rois » conscients de leur « toute-puissance » et vous en faire baver.
  • Il n’y a que deux choix : l’éducation-séduction sans règle, ou l’éducation stricte avec au minimum des punitions.
  • La théorie, il n’y a que cela de vrai si vous voulez savoir comment éduquer vos enfants, celle-ci ne manifestant aucune empathie ni pour les enfants ni… pour les parents (et cela surtout chez Naouri)

D’ailleurs, à la lecture de ces textes, du moins Naouri et Psycho, une question me taraude : mais à qui donc s’adressent-ils ?!

A qui profite le crime ?

Pour ces trois auteurs il est clair que si les choses se passent mal ou sont difficiles, c’est forcément « de la faute des enfants ». Eventuellement, c’est parce que leurs parents s’y seront mal pris que les enfants seront devenus impossibles, et qu’il faudra les recadrer (ou les embobiner, dans le meilleur cas). D’ailleurs, quand je mentionne l’éducation bienveillante, combien de fois ne m’entends-je pas dire : « Oui, mais toi c’est facile, ta fille est super cool ». Ou encore, voyant une famille, en réponse à une observation de ma part : « Quelle jolie famille, regarde comme les parents ont l’air détendus et doux avec leurs enfants », « Oui, mais tu as vu comme leurs enfants sont calmes, c’est facile pour eux »… Et donc, vice versa, famille agitée, ça vient des enfants agités qu’il faut, à grand-peine « mater ». C’est drôle, mais pour ma part, j’ai tendance à voir les choses dans l’autre sens. Le problème, c’est que c’est difficile à affirmer sans être culpabilisante, et difficile aussi d’assurer que je ne mets pas de critique ou de jugement dans ce genre de constatation. Pourtant, ce n’est absolument pas le cas, d’une part parce que je sais qu’on n’est pas toujours ce que l’on voudrait, en particulier lorsqu’on est fatigué, triste, inquiet, et aussi qu’il y a des périodes plus difficiles pour et avec l’enfant qui peuvent atteindre les limites de notre patience. Là, je parle sur le plan individuel. Mais sur le plan théorique, celui, justement, auquel se cantonnent presque exclusivement ces « grands auteurs », là, je me permets d’émettre toutes mes réserves.

Cela dit, monsieur Naouri n’omet pas pour autant d’en balancer plein la figure aux parents, surtout aux mères, dans la première partie de son livre. Car la mère, de fait, « tisse autour (de l’enfant) un utérus virtuel mais extensible à l’infini, qui reviendrait à le garder perpétuellement en elle et à n’admettre pratiquement que du bout des lèvres, si tant est qu’elle le fasse, qu’il est venu au monde aérien. Ce qui contrevient totalement aux termes de la loi de l’interdit de l’inceste. » (p.146), ce qui fait que, cherchant à ce que son enfant ne manque de rien, la mère lui laisse entendre qu’il a droit à tout et en fait un enfant-roi. Pendant ce temps, le père se trouve débouté de son rôle, ne sait plus où se trouve sa place, et, dans tous les cas, ne peut absolument pas être aussi proche de l’enfant que ne l’est la mère.

Le jeu du point de vue

Partons tout d’abord de quelque chose de tout à fait abstrait, juste pour voir. Pendant quelques heures, amusons-nous à nous convaincre que la ou les personnes autour de nous font et disent tout ce qui nous gêne dans le seul but de nous provoquer, de nous déranger, de nous pousser à bout. Bien vite, la situation nous paraîtra intenable, les personnes insupportables, et la relation avec elles difficilement gérable parce que pour autant, on ne pourra pas la modifier (ou bien voulons-nous essayer en punissant notre interlocuteur ?)… Bon. Prenons quelques autres heures, réfléchissons à combien notre interlocuteur est fatigué, maladroit parfois et ne se rend pas compte de la manière dont ce qu’il dit peut nous atteindre, et… N’est-ce pas plus facile à vivre, tout de même ? Et pourtant, l’interlocuteur, ne sachant rien de notre petit jeu, n’a, lui, rien changé quant à sa façon d’être…

Oui, mais… ce n’est pas mon rôle d’éduquer cette personne, alors que mes enfants si, me direz-vous. Je ne suis pas partie ici pour écrire un article sur la bienveillance et ses bienfaits, mais simplement pour soumettre humblement l’idée que les intentions que nous prêtons à votre interlocuteur (notre enfant) vont énormément modifier notre façon de voir les choses et de réagir. Et qu’il est bien plus aisé d’être calme et de ne pas souffrir face à une situation où l’on estime son interlocuteur bienveillant que dans le cas contraire (ce qui pourrait induire un cercle vertueux plus calme-plus calme, mais je m’éloigne à nouveau de mon propos).

Donc, vous vous en doutez, puisque tel est mon point de vue, j’ai tout intérêt à croire, dussé-je me mentir, que les enfants n’ont pas d’intentions négative à notre égard. Pourtant, d’autres auteurs que ces trois-ci me confortent assez solidement dans mon choix, que ce soit par des explications d’un ordre plus psychologique (Filliozat) ou plus neurologique (Guéguen)… Et puis, ma petite réflexion personnelle me permet également de croire qu’un enfant n’a aucun intérêt à provoquer la colère de l’adulte et peut-être même l’éloignement de celui-ci, alors qu’il a tant besoin de lui au quotidien, ni qu’il n’a intérêt à se faire gronder ou punir quand il sait que cela va se produire. Non, il réagit d’une manière qui nous semble négative malgré cela et non dans cet objectif. Pour m’en persuader, il me suffit de me rappeler mon enfance ou de discuter avec n’importe quel enfant en âge de le faire (et qui ne sera pas entré, effectivement, dans le cercle vicieux punition-vengeance). Et cela n’en déplaisent à nos amis psychanalystes (mais oui, bon sang, pourquoi donc ces trois auteurs pourtant sélectionnés au hasard se vouent-ils tant à Freud ? N’auraient-ils à ce point aucun souvenirs personnels de leur petite enfance qu’ils soient obligés de se référer à ces thèses brumeuses et anciennes (qui ont pourtant pu, à l’instar de Françoise Dolto, aboutir à des idées quasi-opposées aux leurs, ce qui prouve assez qu’on en fait ce qu’on veut pourvu qu’on mentionne le mot « pénis » suffisamment de fois)), qui affirment, comme Patrice Huerre : « Freud, le premier, a insisté sur le « besoin de punition » ressenti par l’enfant conscient d’avoir fauté. Si ce n’est pas l’autorité parentale qui applique la sanction, l’enfant risque de s’en charger lui-même, notamment par le biais de pratiques autopunitives (privations volontaires, conduites à risques, anorexie, mutilations…). »

Alors, oui, je suis d’accord, enfant et adultes, nous ne sommes pas tout à fait semblables en tout, puisque je reconnais que l’immaturité cérébrale de l’enfant le conduit aux conduites étranges que l’adulte nomme caprices, provocation ou débordement. Pourtant, je crois tout de même que nous sommes tout de même bien semblables (et quelle phrase étrange, que d’affirmer que je suis… semblable à moi-même puisque oui, j’étais déjà moi-même il y a quelques années), et que les comparaisons sont donc possibles. Que ressentiriez-vous en tant qu’adulte si on vous imposait une punition pour votre retard ou pour avoir juré après le chauffeur du bus qui vient de partir sans vous attendre ? Ah ! Vous n’estimeriez pas que cette punition était nécessaire pour vous, n’est-ce pas… Et cela à partir de… 18 ans pile poil ? Non, pas si, dès votre enfance, justement, on vous aura appris à gérer l’émotion trop forte qui vous aurait mis en rage, à la verbaliser et à réagir autrement qu’en vous auto-punissant ou en provoquant l’autre.

Le vrai monde

Ce terme d’ « enfant-roi », ainsi que celui tant aimé de Naouri d’ « infantolâtrie » m’intriguent. Quand on sait qu’en France, 84% des enfants reçoivent des punitions physiques, lorsqu’on se promène dans n’importe quel parc de jeu et que l’on voit le nombre d’enfants qui se font punir, taper ou crier dessus, quand on écoute les discours de la majorité des gens ayant un avis sur la question… moi je me demande où est-il, exactement, cet être fantastique tant redouté et tant mentionné. En connaissez-vous, de ces enfants à qui les parents passent tout, mais vraiment tout sans jamais jamais leur dire non, sans jamais leur interdire quoi que ce soit ? Les enfants dont le comportement s’approche le plus de ce petit tyran sont les enfants délaissés à qui, certes, on n’interdit rien (sauf quand on pète un câble, ce qui amène rarement à être non-violent), mais à qui on n’offre pas non plus explications ou câlins. Je ne crois pas d’ailleurs, que ce genre de textes soit destiné aux parents dépassés de ces enfants-là. Non, et c’est ça le pire : à qui ? A ceux qui, désireux de bien faire et pleins de questions auront, comme je viens de le faire, tendu leurs bras vers les premiers livres qu’ils auront vus à la bibliothèque, et tiens, en plus, « Naouri » ça me dit quelque chose, ça doit être intéressant. Ces parents qui connaissent les difficultés de tous les parents, qui sont empreints de ce qu’ils veulent et ne veulent pas reproduire de leur propre enfance, et qui n’ont pas eu la chance de tomber avant sur les trop difficilement trouvables à mon goût Filliozat, Maurel etc. Alors, venant s’unir aux phrases qui résonnent dans la tête de chacun et qui soufflent « une bonne fessée de temps en temps est nécessaire » et autres comptines de cet ordre, se dresse le spectre de l’enfant tyran, ce monstre, qui, trop adulé par ses parents, est devenu ingérable… Cette chimère créée de toute part par ces penseurs détachés du quotidien, qui mêle les emportements naturels et expliqués des enfants, les difficultés personnelles du quotidien que chacun rencontre, et… l’avenir sombre que craint tout parent. Alors, armé des conseils de nos chers auteurs, le parent n’aura de cesse que de recadrer, punir, cet enfant qui les « manipule et provoque » si naturellement.

La phrase, tant déclinée et entendue qui sert d’introduction à l’article de Psychologies m’interpelle d’ailleurs : « On a beau le gronder, il accumule les bêtises ». Euh… ne serait-ce pas la meilleure preuve que cela ne fonctionne pas ? C’est vrai qu’un enfant sur qui on n’aura pas crié recommencera peut-être lui aussi la bêtise. Mais tout d’abord, si c’est pour arriver à un même résultat, autant s’en tenir à ce qui est le moins stressant pour tout le monde, et d’autre part, à plus long terme, je suis persuadée que le résultat sera différent. Il s’agit, en expliquant, d’apprendre à l’enfant l’art de la pêche. En grondant ou punissant, on donne un poisson à l’enfant, dont il ne saura que faire, si ce n’est le jeter avec colère sur un écueil.

Pourtant, Patrick Traube affirme qu’ « une règle n’en est une que si elle est assortie d’une sanction en cas de transgression. » Voici bien une idée conventionnelle, qui ne laisse nulle place à l’autodiscipline, telle qu’étudiée par Korczak, par exemple, ni nulle place à la confiance en soi et en l’autre…

Une question de facilité

Lors de jeux de rôles que nous avons réalisés entre parents pour nous entraîner à argumenter autour des fessées et punitions, je me suis retrouvée dans le rôle de celle qui défendait ce genre d’éducation. « Mais si, il va se calmer comme ça… Il faut qu’il comprenne qu’il ne peut pas tout faire et c’est la meilleure manière… Euh… la preuve : tout le monde le dit ! » J’ai été déconcertée par l’aisance avec laquelle je pouvais me mettre dans ce rôle et la manière dont j’avais la sensation d’avoir le jeu facile par rapport à celles qui essayaient de m’opposer leurs arguments. Pourtant, je disais le contraire de ce que je pensais, pourtant j’avais moi-même bien plus d’arguments et d’expérience en défaveur de ce que je défendais que le contraire… mais, oui, la force, le « comme tout le monde », l’habitude, ont le jeu facile. Il est bien plus simple d’être pour exercer tout son pouvoir que pour nuancer et comprendre.

Et je crois que cette dichotomie se reflète à l’identique dans la façon de faire. En cas de conflit, il est bien plus facile de laisser aller sa colère, de jouer de sa force, d’isoler, d’écraser de crier (et oui, je sais combien ça fait du bien, sur l’instant, de se laisser aller aux hurlements), que d’essayer de se maîtriser, de comprendre, de retenir, d’expliquer, d’apaiser…

Cette dernière réflexion peut d’ailleurs ouvrir une lucarne sur l’enfant : mais oui, absolument, pour lui aussi, il est plus simple et plus naturel de crier, ruer, et de s’opposer de toutes ses forces ! Et en lui montrant un modèle semblable à ses réactions, eh ! bien… peut-on vraiment espérer lui faire entrevoir une autre manière d’agir ?

Oui, à mon tour, je suis un peu dans la théorie… Normal, puisque j’ai démarré cet article en réponse à des œuvres qui me paraissent complètement de cet ordre. Cependant, je crois fermement que la théorie peut et doit aussi jouer un rôle de coquille. Si ma théorie m’affirme clairement que je juge immoral de frapper un enfant, alors j’ai une chance de réussir à retenir ma main lorsque la colère sera trop forte. Si au contraire, elle est ne serait-ce que fissurée de l’ordre du « il ne vaut mieux pas, mais cela peut arriver », alors je suis certaine que cela se produira et pas qu’une fois…

{ Un commentaire ? }

  1. Kristel

    J’adore ton texte Lise, tu écris vraiment bien…

  2. vicky

    Je me souviens tellement bien de mes ressentis d’enfants que j’ai l’impression n’avoir jamais pris la distance nécessaire qui nous rend adultes… J’ai l’impression d’y être encore à l’enfance, elle s’est fini où et quand? Je me sens dans la continuité, tellement que parfois je le vis mal, je me sens pas assez grande! Moi aussi je me suis dit pour plusieurs trucs « moi je ferai pas ça à mes enfants » et je m’en suis toujours souvenue… enfin, je crois! Oui, il faut tout le temps se mettre à leur place pour adapter notre comportement. En revanche je suis de moins en moins sûre qu’on doit réagir avec les enfants comme avec n’importe qui. Il faut infiniment plus de tolérance, de compréhension et de PATIENCE qu’avec n’importe qui.

  3. Alexandra

    Merci Lise pour cet article qui fait réflechir.
    Comme toi je me suis souvent posé la question « pourquoi les jeunes parents reproduisent-ils les comportements de leurs parents même si ceux-là les ont fait souffrir à l’époque? ».
    J’en suis venu à la conclusion que c’était lié à un déni de leur propre souffrance et des conséquences qu’elle a pu avoir sur eux.
    En effet accepter que nos parents ont fait des erreurs éducatives à notre égard revient à s’avouer que nous ne sommes pas parfaits, que nous ne sommes pas forcément des « gens biens » à tous les niceaux parfaitement épanouis et bien dans leurs baskets, ce qui est très dure puisqu’on a pratiquement tous reçu un amour conditionnel. Nous avons donc le sentiment profondémment ancré qu’il faut s’approcher le plus possible de la perfection pour mériter d’être aimé.
    Cette hypothèse est bien illustrée par la fameuse phrase « j’ai eu des fessées quand j’étais petit et j’en suis pas mort, » voire « ça m’a remis dans le droit chemin ». Cette phrase sous-entends « je suis devenu quelqu’un de bien et ça doit être grâce à l’éducation que j’ai reçu ».
    Je vais prendre une métaphore simpliste pour illustrer: si je fais un gâteau en suivant scrupuleusement une recette et qu’il est réussi, c’est qu’il s’agit d’une bonne recette de gâteau. A l’inverse si je décide de changer de recette c’est que je pense que le gâteau pourrait être meilleur.
    Ce qui est dommage c’est que les troubles psychologiques tels que l’anxiété, la dépression, le burn out, le manque de confiance en soit, les troubles du sommeil, les troubles du comportement alimentaires, les maladies psychosomatiques etc qui représentent 40% des motifs de consultation en médecine générale ne sont que les stigmates de cette souffrance refoulée datant de l’enfance qui est liée à la violence ordinnaire que nous avons subi de la part des adultes de notre entourrage (tel que chantage, menace, humiliation, ignorance, rejet, amour conditionnel, punitions, etc).
    Pour tenter de devenir de meilleurs parents pour nos enfants acceptons donc que nous ne sommes pas parfaits , rappelons nous de notre souffrance d’enfant , avouons nous que nous en gardons des traces psychiques encore aujourd’hui et essayons de changer de recette de gâteau. 😉

  4. Caroline

    Merci pour cette arricle que je partage à 100 %, les théories psychanalytiques ont fait leur temps, il faudrait éradiquer ces idées pronant la VEO comme fer de lance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.