Naissance à la maison de Lucie

[ A+ ] /[ A- ]

Par Lauranne

20140121_111736

Mardi 21 janvier

Je suis réveillée très vers 5h30 par une contraction. Cela fait  10 jours que ça travaille, aujourd’hui c’est peut-être le jour J. Élisa se réveille vers 6h. Elle nous rejoint dans notre lit pour téter. Elle finit par un gros câlin  à mon ventre.  Les contractions continuent. Je pense à ce moment-là que c’est pour aujourd’hui. Je réveille Fred et pars prendre mon petit déjeuner. Les contractions s’arrêtent. On prépare Élisa pour l’école.  Fred part l’accompagner. J’ai à nouveau une contraction.

J’ai réglé tout  ce qui ne pouvait pas attendre pour le travail. Fred a récupéré la nouvelle voiture la veille. Ce matin je peux m’occuper de moi, de nous. Je me mets un film. Fin du film. Plus de contractions.  Il fait un temps splendide.  Fred ne travaille pas aujourd’hui.  On décide d’aller se promener sur la Promenade. On se fait une belle ballade, mangeons au milieu un sandwich sur la plage. De temps en temps une contraction arrive. Retour à la maison, je fais une bonne sieste.

16h20, nous partons chercher Élisa à l’école et allons au jardin d’enfants avec elle. Les contractions continuent. Je me dis que ce serait mieux qu’Élisa aille dormir chez mes parents et appelle ma mère pour nous inviter à dîner chez eux le soir même.

Retour du jardin 17h30, les contractions semblent plus nombreuses et  plus douloureuses. Je décide que nous n’irons pas dîner chez mes parents. Fred amène Élisa qui est d’accord d’y aller seule et d’y rester dormir. J’appelle A, notre sage-femme vers 19h pour lui dire que j’ai des contractions assez régulières, que ça a commencé la nuit d’avant mais que là les espaces sont plus courts. Elles sont environ toutes les 8 minutes. Elle me conseille de manger un peu. Je n’ai pas faim mais écoute ce conseil.

Fred est entre temps revenu, mes contractions sont toujours aussi espacées mais un peu plus intenses. Dès que fais autre chose (manger, sortir notre pack naissance, protéger avec Fred le canapé du salon) une contraction saute.

Vers 22h/22h30, la fréquence n’a pas beaucoup évolué mais les contractions deviennent plus difficiles à gérer, je décide de prendre un bain chaud. Entre temps, échange de messages avec A. Elle me conseille d’essayer de me reposer après le bain, je lui dis qu’elle peut dormir, que j’appellerai. On convient que je l’appelle si perte des eaux ou contractions toutes les 2-3 minutes.

J’ai envie de musique, je demande à Fred de me mettre le dernier album de Stromae, le bain m’aide à mieux supporter les contractions, sous l’effet de la chaleur, les contractions s’accélèrent. Je suis le rythme des chansons. Je sors vers 23h30, les contractions sont alors toutes les 4 minutes. Je me réinstalle dans le salon. Depuis le début je sais que je veux accoucher là, à la lumière de la crèche et de la lampe à bulle rouge ainsi qu’à la lumière de la ville, dans l’intimité de la nuit.

Mes contractions sont à nouveau espacées, 10 minutes maintenant !!! Je me demande quand ça va s’accélérer ça fait maintenant plus de 6h que j’ai des contractions régulières, rien ne se passe.

Mercredi 22 janvier

Fred comment à fatiguer, je lui propose de dormir, j’éteins la télé pour me concentrer sur moi-même et essayer de dormir moi aussi. Je me dis qu’heureusement qu’A n’est pas là parce que je n’aurais pas aimé qu’elle soit là à côté pendant ce long travail.

J’essaye d’abord de me mettre couchée, mais les contractions ne sont pas gérables dans cette position bien qu’il n’y en ait que toutes les 10 minutes. Je m’assois en tailleur par terre et m’appuie sur le ballon (comme pendant le travail d’Élisa). Je suis fatiguée et fais des micro-sommeils entre chaque contraction. Petit à petit la fréquence et la puissance des contractions augmente, je continue à somnoler entre chacune, vers 2h ça devient beaucoup plus intense. Je réveille Fred vers 2h15 et lui demande d’appeler A : je n’ai pas rompu la poche des eaux, les contractions sont toutes les 4 minutes mais que je sens que maintenant il faut qu’elle vienne.

Quelques minutes seulement après cet appel, la poche des eaux se fend, les contractions s’accélèrent je me lève et change de position. Je cherche. Je commence à me mettre agenouillée en appui sur le repose-pied puis revient sur le canapé pour m’y agenouiller. Je commence à sentir le bébé descendre, A n’est pas encore là, je commence à entrevoir la possibilité que le bébé naisse avant son arrivée. Je me sens assez faible, heureusement que j’ai mangé un peu (merci A !) et grignoté des amandes tout au long du travail ! Je bois de l’eau. Fred la rappelle, elle se gare, il est 2h50. Je crois qu’elle s’installe, je ne sais pas trop, je suis dans ma bulle. Je prends le ballon, m’appuie dessus à chaque contraction, à 4 pattes sur le canapé. A un moment,  A vient pour écouter le cœur du bébé, dur de trouver quand et comment le faire. Une pause se présente, je m’agenouille pour la laisser faire. Tout va bien.

Une nouvelle contraction se présente, je reprends ma position appuyée sur le ballon. Une partie de mon cerveau cogite : quand est-ce que je vais savoir comment pousser, l’autre partie agit.

Les poussées arrivent, les unes après les autres, naturellement, sans que je n’ai quoique ce soit à penser à faire.

La partie « cogitante » de mon cerveau continue à tout analyser ce que fait mon corps : « c’est vraiment très animal », « mon corps sait quoi faire ».

Le passage de la tête dans le bassin ou je ne sais quoi est assez douloureux, je me demande ce que je fais là, est-ce que tout ce passe normalement ? Le calme d’A et sa présence discrète me rassurent. Mon cerveau arrête de réfléchir et je laisse les choses se faire. Je lâche le ballon, me redresse puis me remets à 4 pattes sur le canapé.

La tête sort, quel soulagement ! Bébé reste en suspension en attendant la prochaine contraction mais ça va déjà mieux, les épaules sortiront sans effort (je gardais un souvenir douloureux de la sortie des épaules pour Élisa), quelque chose glisse entre mes jambes. Je me redresse. Il est 3h20. Mon bébé est là devant moi, tout petit. C’est une fille, enfin je crois, je prends le bébé dans mes bras, après quelques hésitations tellement il me paraît petit. Fille, garçon on s’en fiche, je suis exténuée, heureuse mais exténuée, je n’ai plus envie de bouger mais il va bien falloir car les contractions reprennent pour la délivrance. Je profite de ces quelques minutes de repos, mon bébé contre moi. A et Fred me confirmeront que c’est bien une fille : Lucie.

20140122_041353

Elle est toute calme, sur moi, a juste poussé un cri à sa sortie et plus rien, elle est contre moi, se remet elle aussi de ses émotions. J’arrive à me redresser un peu pour expulser le placenta environ 1/2h plus tard, le papa coupe le cordon, il va ensuite préparer notre lit dans la chambre. Pendant ce temps Lucie a déjà trouvé le sein et tète comme une chef. A vérifie que tout va bien. Lucie ne me quitte pas. Nous nous installons en peau à peau sous la couette dans notre chambre. Quelle sérénité !! Lucie tète, elle ne pleure pas. Fred est tout ému, A s’affaire : papiers, rangements etc. telle une petite souris. Je suis bien ! A restera jusqu’au petit matin pour nous surveiller Lucie et moi.

Tous les « examens » ont été faits à Lucie sur moi, c’est Fred qui l’a posée sur la balance, les jours suivants elle ne connaîtra également que nos bras.

Élisa nous a rejoints vers midi. La rencontre entre les deux sœurs a été très émouvante. Une première co-tétée au cours de laquelle Lucie s’arrêtera pour observer longuement sa sœur. Élisa, elle, voudrait lui faire tout le temps des bisous et des câlins.

20140122_132125

 

Les jours qui suivent :

Lucie est un bébé qui pleure très peu, on l’entend seulement quand le change de sa couche dure trop longtemps et elle se calme très vite dès qu’elle est à nouveau dans nos bras ou au sein.

J’ai dû rester couchée quelques jours car j’ai eu une petite déchirure (à cause de l’épisiotomie faite pour Élisa) qu’on a choisi de ne pas recoudre pour que ce soit moins douloureux pour moi. A part ça, je me suis très vite remise, j’ai perdu beaucoup moins de sang que pour mon premier accouchement. Ce temps couchée m’a permis de profiter de mon bébé.

A a été présente quand il fallait, sa présence a été discrète, rassurante, je suis restée jusqu’au bout seule actrice de mon accouchement.

Ce choix de donner naissance à notre enfant dans l’intimité de notre foyer nous a fait vivre hors du temps quelques semaines. Les 2 semaines d’attente avant où nous sommes restés suspendus au moindre signe d’annonce de la naissance.  Pendant le travail, aucun élément extérieur n’est venu nous perturber, être dans un environnement connu était très rassurant. Après l’accouchement, nous sommes restés plusieurs jours sur un nuage de « bonheur, calme et volupté ». Tous ces éléments ont fait de cette naissance un moment magique.

Merci A de nous avoir permis de vivre ça !

IMG_0515

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.