Archives du blog

La Semaine Mondiale de l’Accouchement Respecté (SMAR) en 2015 chez Grandissons

Du 18 au 25 mai, nous vous avons préparé de belles choses avec le CDAAD.

slide4

Sur le site du CDAAD : http://cdaad.org/smar-2015/

Le communiqué de presse : communique_smar

Notre programme :

Mardi 19 mai : diffusion du film « Maïeuticiennes »

Maieuticiennes

Voir la bande-annonce :

L’événement sur notre agendahttp://grandissons.org/?tribe_events=projection-du-film-les-maieuticiennes

Mercredi 20 mai : pique-nique du mercredi sur le thème de la naissance

L’événement sur notre agendahttp://grandissons.org/?tribe_events=le-pique-nique-du-mercredi-smar

Vendredi 22 mai : apéro-débat au Court-Circuit Café en présence de Frédérique Horowitz, qui vient présenter et dédicacer son livre « Fronts de mères ».

10985241_496892293799912_1243135636664540388_n

L’événement sur notre agendahttp://grandissons.org/?tribe_events=apero-debat-smar

Samedi 23 mai : Papotons (le café des parents à Cagnes) sur le thème de la naissance. Laurianne Sally, monitrice de portage, avec un atelier de portage spécial nouveaux-nés.

L’événement sur notre agendahttp://grandissons.org/?tribe_events=papotons-chez-grandissons-9

SMAR2015

 smar_programme

La Semaine Mondiale de l’Accouchement Respecté (SMAR) en 2014 chez Grandissons

slide3

 Giving birth is empowering!

 

A l’occasion de la 10ème édition de la SMAR qui aura lieu du 19 au 25 mai 2014, nous vous avons préparé plusieurs événements à Nice et à Cagnes-sur-Mer !

 

1) Le jeudi 22 mai de 18h à 20h, une table ronde réunissant parents, futurs parents et quelques professionnels de l’accouchement physiologique : Floriane Zitouni (doula), Alexandra Ballada et Marie Lalanne (sages-femmes) seront présentes. Ce sera l’occasion pour chacune et chacun de s’exprimer sur la question de l’accouchement respecté (Entrée libre).

Lieu : salle des association de la bibliothèque Raoul Mille (ancienne gare des chemins de fer de Provence), arrêt de tram Libération à Nice. Renseignements : par e-mail grandissons at free.fr et sur l’agenda.

 

2) Le vendredi 23 mai à 15h, nous vous proposons la projection de l’excellent film documentaire de Céline Darmayan sur l’accouchement naturel : « Entre leurs mains ». Le film sera suivi d’un débat en présence de sages-femmes. Tarif unique : 5€ (ouverture de la billetterie à 14h30).

Lieu : Cinéma Espace Centre, 5 avenue de Verdun à Cagnes-sur-Mer (10 minutes à pieds depuis la gare SNCF et 12 minutes de trajet Nice-Cagnes en train)

La bande-annonce :

Entre leurs mains – Bande-annonce from cinetik asbl on Vimeo.

Suivre l’événement sur Facebook.

 

3) Le samedi 24 mai, de 10h à midi, un café des parents, « papotons chez Grandissons » pour discuter entre parents et futurs parents sur les questions de naissance et d’accouchement respectés.

Lieu : quartier de la gare à Cagnes-sur-Mer. Plus d’infos ici : http://grandissons.org/?page_id=497 et l’événement sur Facebook.

 

4) Le samedi 24 mai, à partir de 15h, nous serons aux côtés du Collectif de Défense de l’Accouchement à Domicile lors du rassemblement sur la place Masséna à Nice. Nous défendons le droit des futurs parents à avoir le choix pour la naissance de leur enfant et le droit des sages-femmes à pouvoir exercer leur métier dans de bonnes conditions (en particulier sans qu’on exige d’elles/eux une assurance impossible à payer).

TRACT SIMPLE Nice

 

 

5) Et enfin, sur le site http://grandissons.org, pendant la semaine dédiée, vous pourrez lire plusieurs témoignages autour de l’accouchement et d’autres articles sur le thème.

 

On vous attend nombreuses et nombreux à nos rendez-vous de la SMAR !

Diffusez-largement autour de vous !

Compte-rendu premier APPEL italien

 Par Silvia

Giovedì 10 aprile alle 16h30 Stella e i suoi genitori Lise e Andrea hanno accolto sulla loro terrazza Maia e Lia Rose (franco-italiane come Stella), Giovanni (italiano al 100% ma residente a Nizza) e le loro mamme. 

Il primo APPEL-italiano ha permesso alle quattro famiglie presenti di fare conoscenza, di iniziare a discutere in modo informale di bilinguismo e multiculturalismo, di apprezzare i deliziosi budini di Monica e di suddividersi i compiti per l’organizzazione degli APPEL successivi: una persona si occuperà di trovare una data e un luogo per gli incontri (che avranno una cadenza mensile), un’altra organizzerà le animazioni in italiano, un’altra si occuperà di stilare delle brevi relazioni finali al fine di lasciare una traccia delle idee emerse.

E stato infine scelto il tema per il prossimo APPEL-italiano: il timore che i nostri bambini si allontanino o rifiutino la lingua italiana e con essa la cultura di cui sono testimoni i loro genitori. Le animazioni saranno invece svolte intorno al tema degli animali.

 

Le jeudi 3 avril à 16h30 Stella et ses parents Lise et Andrea ont reçu sur leur terrasse Maia et Lia Rose (franco-italiennes comme Stella), Giovanni (100% italien mais résident à Nice) et leurs mamans.

Le premier APPEL-italien a permis aux familles de faire connaissance, de commencer à discuter de façon informelle autour du bilinguisme et du multiculturalisme, d’apprécier les desserts délicieux de Monica et de répartir les tâches pour l’organisation de l’APPEL suivant : une personne se chargera de trouver une date et un lieu pour les rencontres suivants (un par mois), une autre va organiser des animations en italien, une autre s’occupera de rédiger les comptes rendus afin de laisser une trace des idées issues de l’APPEL.

Pour finir il a été choisi le thème du prochain APPEL-italien : la crainte que nos enfants s’éloignent ou refusent la langue italienne et la culture de leurs parents. Pour les animations les familles ont choisi le thème des animaux.

Voeux de naissance

Par Marie

Nous y voici, notre association est créee !

Pour cette nouvelle année sous le signe de cette nouvelle association, je voudrais citer deux auteures : tout d’abord Ariane Mnouchkine dont les vœux (audibles ci-après) résonnent tout particulièrement à nos oreilles aujourd’hui (merci à Lise pour le partage)

 » Je nous souhaite […] un immense chantier »,

« Juste besoin de confiance. De regards. D’écoute. »,

« Expérimentons, nous-mêmes, expérimentons, humblement, joyeusement et sans arrogance. »,

« Et surtout, surtout, disons à nos enfants qu’ils arrivent sur terre quasiment au début d’une histoire et non pas à sa fin désenchantée. »‘

Et ensuite Norma Jane Bumgarner, dans « le bambin et l’allaitement » (que je viens tout juste de terminer), sur un sujet qui nous a réunies, Fred, Lise et moi, qui nous incite à grandir nous aussi en tant que mère, en tant que parent :

« Le meilleur moyen, à ma connaissance, d’éviter de chanter ces complaintes du « nid vide » à mesure que vos enfants grandissent consiste à vous engager à fond dans chaque étape de votre croissance comme mère. Suivez votre intuition maternelle avec vos bébés et vos jeunes enfants. Comblez vos besoins de materner, utilisez-les, épuisez-les. Ces besoins ne disparaîtront pas, bien sûr, mais à l’instar de votre enfant, vous deviendrez satisfaite et épanouie. Vous grandirez en même temps que vos enfants, de sorte que le chemin que vous parcourrez entre le moment où vous allaitez et celui où vous serez une grand-maman sera aussi excitant et agréable que celui que vos enfants suivront pendant ce temps. »


Les vœux de l’an 2014 d’Ariane Mnouchkine par Mediapart

« Mes chères concitoyennes, mes chers concitoyens,
À l’aube de cette année 2014, je vous souhaite beaucoup de bonheur.
Une fois dit ça… qu’ai-je dit? Que souhaité-je vraiment ?
Je m’explique :
Je nous souhaite d’abord une fuite périlleuse et ensuite un immense chantier.
D’abord fuir la peste de cette tristesse gluante, que par tombereaux entiers, tous les jours, on déverse sur nous, cette vase venimeuse, faite de haine de soi, de haine de l’autre, de méfiance de tout le monde, de ressentiments passifs et contagieux, d’amertumes stériles, de hargnes persécutoires.
Fuir l’incrédulité ricanante, enflée de sa propre importance, fuir les triomphants prophètes de l’échec inévitable, fuir les pleureurs et vestales d’un passé avorté à jamais et barrant tout futur.
Une fois réussie cette difficile évasion, je nous souhaite un chantier, un chantier colossal, pharaonique, himalayesque, inouï, surhumain parce que justement totalement humain. Le chantier des chantiers.
Ce chantier sur la palissade duquel, dès les élections passées, nos élus s’empressent d’apposer l’écriteau : “Chantier Interdit Au Public“
Je crois que j’ose parler de la démocratie.
Etre consultés de temps à autre ne suffit plus. Plus du tout. Déclarons-nous, tous, responsables de tout.
Entrons sur ce chantier. Pas besoin de violence. De cris, de rage. Pas besoin d’hostilité. Juste besoin de confiance. De regards. D’écoute. De constance.
L’Etat, en l’occurrence, c’est nous.
Ouvrons des laboratoires, ou rejoignons ceux, innombrables déjà, où, à tant de questions et de problèmes, des femmes et des hommes trouvent des réponses, imaginent et proposent des solutions qui ne demandent qu’à être expérimentées et mises en pratique, avec audace et prudence, avec confiance et exigence.
Ajoutons partout, à celles qui existent déjà, des petites zones libres.
Oui, de ces petits exemples courageux qui incitent au courage créatif.
Expérimentons, nous-mêmes, expérimentons, humblement, joyeusement et sans arrogance. Que l’échec soit notre professeur, pas notre censeur. Cent fois sur le métier remettons notre ouvrage. Scrutons nos éprouvettes minuscules ou nos alambics énormes afin de progresser concrètement dans notre recherche d’une meilleure société humaine. Car c’est du minuscule au cosmique que ce travail nous entraînera et entraîne déjà ceux qui s’y confrontent. Comme les poètes qui savent qu’il faut, tantôt écrire une ode à la tomate ou à la soupe de congre, tantôt écrire Les Châtiments. Sauver une herbe médicinale en Amazonie, garantir aux femmes la liberté, l’égalité, la vie souvent.
Et surtout, surtout, disons à nos enfants qu’ils arrivent sur terre quasiment au début d’une histoire et non pas à sa fin désenchantée. Ils en sont encore aux tout premiers chapitres d’une longue et fabuleuse épopée dont ils seront, non pas les rouages muets, mais au contraire, les inévitables auteurs.
Il faut qu’ils sachent que, ô merveille, ils ont une œuvre, faite de mille œuvres, à accomplir, ensemble, avec leurs enfants et les enfants de leurs enfants.
Disons-le, haut et fort, car, beaucoup d’entre eux ont entendu le contraire, et je crois, moi, que cela les désespère.
Quel plus riche héritage pouvons-nous léguer à nos enfants que la joie de savoir que la genèse n’est pas encore terminée et qu’elle leur appartient.
Qu’attendons-nous ? L’année 2014 ? La voici. »

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.