Archives du blog

La douloureuse réalité de la dépression prénatale

Par Sandra

Un matin de mon cinquième mois de grossesse, je me suis réveillée avec la sensation d’être allongée dans une minuscule barque secouée par une tempête. Je n’avais jamais ressenti de vertiges de ma vie et quand ils se sont progressivement intensifiés, l’angoisse m’a submergée. J’arrivais à peine à sortir du lit, la nausée fit rapidement place aux vomissements. Je ne savais pas ce qui se passait à l’intérieur de moi et je ne comprenais plus ce corps depuis quelque temps.

Il est tôt mais j’essaye d’appeler la sage-femme libérale, Madame L., qui me suit depuis le début de ma grossesse. Pas de réponse. Paniquée, je demande à mon compagnon de m’amener aux urgences. Nous arrivons, les tests habituels sont rapidement pratiqués (sang, urines, etc.) et le diagnostic de l’obstétricienne tombe : je n’ai rien, le bébé n’a rien, tout va bien. C’est juste une gastro. Une perfusion contre la déshydratation, et dans une heure, je pourrai retourner chez moi. Et les vertiges ? Ça arrive, faut pas s’inquiéter. On verra plus tard, si ça persiste, aller voir un ORL. Fin du diagnostic.

Enfin pas tout à fait. Tandis que j’essaye de me reposer pendant la transfusion, la sage-femme qui m’avait fait faire les tests préliminaires revient me poser quelques questions qui concernent cette fois-ci mon état émotionnel. Ces questions marqueront le début de ma délivrance. Je ne sais plus exactement ce qu’elle m’a demandé mais je me souviens avoir fondu en larmes.

Enfin, quelqu’un m’entend…

Car à chaque rendez-vous de suivi programmés avec Madame L., j’avais essayé de me faire entendre. Je lui avais signalé avoir déjà eu de la dépression ; je ne lui avais pas caché avoir vécu ma première grossesse en Angleterre comme une épreuve. Elle notait tout soigneusement dans un fichier Word et je n’utilisais pas d’euphémisme pour décrire mon état mental. J’utilisais le mot dépression car c’est un état que je reconnaissais pour l’avoir déjà vécu. Et durant cette deuxième grossesse, la dépression m’avait rattrapée. J’étais en larmes dès le réveil, j’avais du mal à me lever, j’étais agressive avec tout le monde ; je devenais absente à moi-même : le flux vital était rompu. Madame L. se cantonnera à me demander comment je perçois la situation sans rien proposer de concret. J’ai alors cru qu’il n’y avait rien d’autre à faire que souffrir (et faire souffrir mon entourage par la même occasion) en attendant l’accouchement. J’apprendrai pourtant plus tard qu’elle savait qu’il existe un service de suivi psychiatrique pour les femmes enceintes qui souffrent de dépression dans le même hôpital où j’ai prévu d’accoucher.

Aux urgences donc, pendant la perfusion, la sage-femme me pose des questions sur mon moral, elle est bienveillante, elle m’entend. Elle planifie tout de suite un rendez-vous et c’est ainsi que je rencontre donc la psychiatre du service gynécologique et obstétrique de l’hôpital.

Mon compagnon m’a accompagnée pour le premier rendez-vous avec la psychiatre et un protocole de soin a tout de suite été mis en place. Je commençai une psychothérapie, à raison d’une séance toutes les deux semaines, voire toutes les semaines au besoin, mais également, on allait m’administrer un traitement antidépresseur. Des médicaments pendant la grossesse ?! Voilà qui est contraire au discours qu’on entend à peu près partout. En discutant avec la psychiatre, je me suis rendu compte que le médicament que j’allais prendre, Z****t, est bien connu car il existe depuis longtemps, qu’il est souvent utilisé pendant les grossesses, et qu’il n’a pas d’effet tératogène. Une fois les bonnes informations en main et entourée des bonnes personnes, j’ai pu prendre mes décisions en toute connaissance de cause sans m’occuper des messages officiels. J’ai pu stopper ces sentiments d’impuissance et de culpabilité, et me soigner correctement.

Quel contrepied. J’ai alors eu la sensation qu’il est plus facile de nous faire passer le message sans nuance, « grossesse = zéro médicaments », du noir et blanc pour faire peur et dissuader. Et aussi que nombreux membres du personnel de santé s’accrochent à ce discours sans nuance pour se couvrir et éviter tout problème, au détriment de la santé de la mère.

Alors oui, au final, j’ai suivi un traitement pendant ma grossesse, des anti-dépresseurs, et des anxiolytiques, quand c’était nécessaire. Bien sûr, je ne l’ai pas fait n’importe comment ; j’ai été suivie par une psychiatre compétente jusqu’à la fin de ma grossesse (et même au-delà). Mon accouchement s’est extrêmement bien passé, mon bébé est en bonne santé, il n’a pas eu de symptôme de sevrage. Loin d’être déprimé, du haut de ses deux ans, mon petit R. est un garçon qui respire la joie et le bonheur… et qui aime faire rire toute la famille.

Il m’arrive encore de penser à cette sage-femme qui m’a entendue…et qui par sa bienveillance a fait basculer ma vie dans le bon sens, sans qu’elle le sache puisque je ne l’ai jamais revue. Où qu’elle soit, je pense à elle et je la remercie…

Si on parle de plus en plus de dépression post-natale, on parle beaucoup moins de dépression prénatale mais on commence à penser que l’une et l’autre sont aussi répandues. Les femmes enceintes doivent répondre à l’injonction d’être heureuses et épanouies, ce qui cache une certaine réalité : oui, on peut être en dépression et enceinte ! Mes deux grossesses ont été des moments douloureux à passer sur le plan psychique mais plus on osera en parler, mieux on soignera la dépression prénatale. Des solutions existent déjà mais elles ne sont malheureusement pas toujours simples à trouver. Si vous êtes dans cette situation, demandez à votre partenaire, un.e proche, un.e ami.e, de vous aider à trouver les bons interlocuteurs et professionnels de santé. Votre sage-femme ne sait peut-être pas tout…

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.