Archives du blog

Le second enfant, agrandir la fratrie

Par Lise

Lorsque j’ai été enceinte de mon deuxième enfant, j’ai commencé à chercher des livres traitant des fratries. Or, non seulement j’ai découvert très peu de littérature générale sur le sujet*, mais, surtout, les livres que j’ai trouvés traitaient plutôt des problématiques du quotidien entre frères et sœurs, et de la manière dont les parents pouvaient les accompagner. C’est bien sûr quelque chose d’intéressant, qui m’a sans doute aidée dans ma manière d’aborder les choses, mais (ou «donc» ?) il n’y a pour le moment, alors que mes enfants ont aujourd’hui 3 et 6 ans, aucun problème de rivalité entre eux, ils sont complices et unis à souhait et leurs petites disputes n’entachent nullement notre quotidien.

C’est de mon côté de parent, que je me sens seule et en recherche de partages, d’observations, de conseils. Avoir un deuxième enfant a été une entrée dans une nouvelle situation, une nouvelle catégorie. De même qu’en ayant le premier, on se sent un peu sur une autre longueur d’onde que les couples n’ayant pas encore d’enfant, avec l’arrivée du second, on plonge brusquement dans un groupe différent, avec un mode de vie, des soucis, des doutes et des questionnements différents.

L’un a commencé dès ma deuxième grossesse : dans quoi m’étais-je lancée, quelles seraient les répercussions de cette décision de second enfant sur notre équilibre familial, sur ma grande fille, sur moi-même ? Quels échos cela faisait-il résonner en moi par rapport à ma propre enfance, par rapport à mes craintes, par rapport à l’avenir, par rapport à ce que je saurais ou non offrir à cet autre enfant, moi qui avais donné toute mon énergie, mon attention, mon amour, à la première, saurais-je reproduire tout cela ? Serais-je capable de comprendre ce petit deuxième, ayant moi-même été aînée… ?

Le deuxième a commencé après la naissance. Car, à cet instant où j’écris, il me faut dévoiler que, en effet, tout -presque tout- a été, au fil des mois et des années, bien plus difficile que je n’avais voulu l’imaginer. Quelques amis m’avaient mise en garde : «deux enfants, c’est deux fois plus d’amour, mais c’est aussi deux fois plus de boulot…» Je ne les avais pas crus. On m’avait trop de fois, lors de ma première grossesse, asséné des mises en garde sensées me prévenir que la venue d’un enfant c’était «la fin de la tranquillité, de la liberté, des nuits reposantes, des sorties, de ce qu’on était auparavant…», et… je n’avais rien ressenti de tout cela. Mon être était entièrement tourné vers cette petite personne, et tout était aisément surmontable. Il n’y avait alors rien qui ne vaille la peine d’être mis de côté, toutes ces découvertes étaient merveilleuses, et, somme toute, il me restait assez de temps pour être moi-même dans les moments où bébé dormait. Mais l’arrivée de ce deuxième enfant a tout chamboulé. Et là, soudain, je me suis surprise à penser parfois «mais on ne m’avait pas prévenue que ce serait si difficile.» Mon être ne peut pas être tourné entièrement vers cette petite personne, puisqu’il me faut garder constamment un trou dans ma bulle pour laisser entrer l’autre enfant, fût-il absent en cet instant (mais n’a-t-il pas oublié son manteau, n’est-il pas trop fatigué, se sent-il bien là où il est… comme il me manque !), mon attention envers l’un est sans cesse détournée par l’autre, et vice versa, comme si je devais en même temps me faire une natte et me gratter sous le pied, je ne retrouve plus jamais cette concentration et cette attention profonde tournée vers un corps unique… Et la solitude est un mot qui n’a plus de sens en ma vie, les pauses de l’un n’étant pas celles de l’autre, et les moments pour moi s’étant réduits à peau de chagrin (traduire : quelques instants aux toilettes !) Mon attention, si sollicitée de toute part, n’a plus d’espace pour se tourner vers moi, et sautille entre l’un et l’autre comme un moustique ayant marché sur une épingle, c’est comme si mon cerveau était grignoté par un troupeau de souris affamées, et, plus que six bras, il me faudrait deux têtes.

Il y avait cependant un autre point sur lequel les voix des copains ne s’étaient pas trompés : deux enfants, c’est deux fois plus d’amour. Alors ça, c’était pourtant le questionnement qui avait été occasionné le plus d’angoisse durant ma grossesse : serais-je capable d’aimer une autre fois un enfant avec une telle puissance, une telle totalité, une telle ampleur, une manière aussi inconditionnelle, aussi colorée, emportée, physique et intellectuelle et sensorielle, aussi intense et insensée ? Eh bien… oui, sans aucun doute. Tout cela et d’autres choses encore, d’une intensité égale mais d’une tonalité différente, un amour aussi immense pour une petite personne bien différente.

C’est une étrange fracture que j’éprouve depuis que j’ai deux enfants : je boitille sans cesse entre le bonheur de les voir si bien s’entendre et le doute d’ôter trop à l’un pour donner à l’autre (et vice versa), j’oscille entre la satisfaction de pouvoir passer des moments différents et splendides avec deux personnes différentes et splendides, je balance entre l’épuisement de devoir penser pour eux deux et le soulagement de les voir prendre soin l’un de l’autre, je chancelle entre l’épuisement et la joie d’avoir une splendide famille.

Alors… Qu’aurais-je voulu savoir de plus avant de me lancer dans cette aventure ? Qu’est-ce qui aurait pu m’aider ? En fait, je n’en sais rien. Je ne sais pas si j’aurais aimé lire ces lignes, et je doute qu’aucun mot aurait changé quoi que ce soit. Peut-être ne les aurais-je pas crus, et dans tous les cas, je n’aurais pas renoncé. Et j’ai envie de dire heureusement, car je n’ai malgré tout aucun regret. Au fond, on ne peut pas s’entraîner à nager en apnée sans s’immerger. Et au fond, c’est justement dans les plus vastes fonds que se trouvent les plus belles merveilles…

* Frères et sœurs sans rivalité, de Faber et Mazlich, un excellent ouvrage, qui m’a apporté beaucoup de matière à réfléchir sur mon vécu dans ma propre fratrie durant mon enfance, et m’a rassurée en donnant des pistes et des idées concrètes à appliquer au quotidien, qui, en lisant avant même d’avoir le deuxième enfant, ont été source d’aides pour ne pas causer certains déséquilibres, ce qui est encore plus confortable que de devoir y remédier après coup…

Frères et sœurs, une maladie d’amour, de Rufo, que je me propose de lire peut-être un jour, mais p sûr, rebutée comme je le suis par l’auteur même et tous les profonds désaccords que je ressens envers la majorité de ce que j’ai lu de ses paroles.

Découvrir une langue en famille : les ECHO reprennent !

En cette rentrée 2018, nous démarrons notre quatrième années d’ECHO !

Un peu d’histoire 

A l’origine, il y avait les APPEL. Il s’agissait de rencontres organisées par Grandissons entre personnes de même langue. Le groupe était invité à préparer quelques activités pour leurs enfants grandissant dans un contexte plurilingue, afin de leur offrir un lieu et des interlocuteurs supplémentaires pour pratiquer leur langue minoritaire. C’était également l’occasion pour les parents expatriés de trouver un lieu d’échange et de pratique de leur langue maternelle. En 2013 ont ainsi eu lieu quelques APPELS italiens, espagnols, anglais et allemands. Ils sont actuellement en pause, mais Grandissons aura plaisir à mettre en contact les personnes de même langue qui souhaiteraient redémarrer de tels groupes de rencontre.

https://grandissons.org/?page_id=408

A cette période, il nous a été demandé à plusieurs reprises de proposer des cours d’anglais également pour les enfants qui ne grandissaient pas dans des familles bilingues… Et c’était vrai que ces rencontres où les enfants bénéficiaient de jeux et de chanson dans une autre langue que le français donnaient envie…

Éclosion

C’est ainsi qu’en réponse aux APPEL naquirent les ECHO. L’idée était que tous les enfants soient conviés à venir rencontrer une nouvelle langue, culture, pays… de manière ludique et conviviale. Enfin non : pas une nouvelle langue, mais des nouvelles langues. D’une part parce que Grandissons n’a pas vocation d’enseignement, et d’autre part parce que notre volonté, c’est l’ouverture, le partage, l’échange. Ainsi, favoriser l’anglais ne nous a pas semblé un choix judicieux, parce que c’est la langue que nos enfants rencontreront partout, se verront enseignée dans tous les cas, et apprendront très certainement quoi qu’il arrive. Au contraire, c’est le goût des langues, l’ouverture des oreilles vers leurs mystères, l’éclosion des esprits vers les cultures variées dans lesquelles elles sont enracinées, que nous avons souhaité communiquer aux enfants et à leurs familles. Et c’est même pour cette raison que la langue dévoilée chaque mois reste jusqu’au dernier instant secrète : afin que la curiosité de chacun demeure intacte et ouverte à tout ce qui pourra être entendu et découvert ce jour-là…

Les ECHO

C’est donc ainsi que sont nés les ECHO à la rentrée 2014, tout d’abord à la Maison des Associations Garibaldi, et, depuis bientôt 2 ans, à l’Ecole des Parents, avec la collaboration et le soutien de Manuel Vivalda, qui nous permet de rencontrer de nouvelles familles.

Ces ateliers sont gratuits, ouverts à toutes les familles curieuses de découvrir de nouvelles langues et de nouvelles cultures. Ainsi, un vendredi par mois, une nouvelle langue-surprise est dévoilée par un locuteur à travers des jeux, des chansons, des histoires, des images…

Nous souhaitons que désormais les enfants de tous âges se sentent bienvenus, accompagnés de leurs familles.

Au fil des années nous ont été présentés : l’Allemagne, le Japon, l’Espagne, la Côte d’Ivoire, la Finlande, le Royaume-Uni, l’Italie, Nice (et le nissard), la Pologne, le Portugal, le Maroc, la Grèce, la Suède, le Brésil, Madagascar, les Etats-Unis, l’Algérie, la Russie, la Hollande, la Serbie… je crains d’en oublier !

Nous avons dansé des danses traditionnelles, vu des vidéos, appris des mots et entrevu des alphabets, peint, colorié et dessiné, lu des livres, regardé des photos, entendu des musiques, goûté des mets délicieux, beaucoup ri, et rencontré bien des gens.

Les locuteurs animateurs

Eh oui, chaque mois, nous recherchons une personne qui accepte de venir présenter sa langue, son pays et sa culture aux enfants et à leurs familles, lors de cet atelier d’environ 45 minutes, à travers des images, des présentations sur ordinateur, des livres, des gestes, des jeux, des danses, des objets, des saveurs… Une trame vous est proposée pour vous aider à la préparation, ainsi qu’un contact mail, téléphonique ou en rencontre directe pour ceux qui le souhaitent. Tout le monde peut le faire, si si, chacun de vous a beaucoup à offrir au petit groupe qui se constitue mois après mois de fidèles et de nouveaux curieux. Toutes les langues, tous les pays, qu’ils nous aient déjà été présentés ou non, sont les bienvenus !!

L’idée reste que, public et animateurs viennent pour le plaisir de partager leurs connaissances et de découvrir celles qui leurs sont offertes. Chacun apporte ce qu’il a comme il est, le plaisir est le maître-mot, lié à la valorisation de chacun.

En savoir plus

Questions et renseignements : grandissons@yahoo.com

https://grandissons.org/?tribe_events=echo-24

 

 

Consultations de coaching parental en approche empathique de l’enfant

Grandissons vous propose désormais des consultations gratuites, individuelles ou en famille, de coaching parental. Ces consultations s’adressent à tous les adherents de Grandissons qui rencontrent des difficultés avec leurs enfants ou qui souhaitent améliorer leur parentage. Elles sont assurées par Vicky Brougiannaki tous les jeudis matin (hors vacances scolaires) de 9h à 10h sur rdv.
Vicky, membre de Grandissons et maman de deux enfants, est formée à l’approche empathique de l’enfant auprès d’Isabelle Filliozat et de son équipe à l’Ecole des Intelligences Emotionnelles et Relationnelles (EIREM).
https://www.coach-parentale.com/)

Cartographe

Par F.R.

fullsizerender

  img_7897

Les vœux de Grandissons

Par Marie

Cette nouvelle année qui commence nous rappelle la réalité de cette société : violente et en perte de vitesse. Prenons le parti de lui imaginer une suite heureuse en nous intéressant aux initiatives bienveillantes (1) et en écoutant un peu plus nos propres besoins et nos propres limites.

« Soyons le changement que nous voulons voir dans le Monde »  Gandhi (2)

Marshall B. Rosenberg est mort il y a maintenant un an, je vous invite à vous pencher sur la Communication Non Violente (CNV) qu’il a théorisé et grandement diffusé (3).

Je vous souhaite à toutes et à tous, de tout cœur, d’avancer sur vos chemins, de partager vos découvertes au monde et de vivre en accord avec vous-mêmes.

Excellente année 2016 !

child-551662


 

(1) : par exemple Alternatiba : https://www.youtube.com/watch?v=Qt8YVD2AyWE (un aperçu du stand de Grandissons à 2’37)

(2) : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/soyons-le-changement-que-nous-voulons-voir-dans-le-monde_854046.html

(3) : https://www.youtube.com/watch?v=fl-65RPE41Y

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.